Gwezenneg installe ses épaves de mer au Tourp

Publié le par J.-G GWEZENNEG

 

Gérard Gwezenneg dans sa forêt d'épaves au manoir du Tourp.  
Gérard Gwezenneg dans sa forêt d'épaves au manoir du Tourp.

De bois, d'os et de papier est fait son univers. Et c'est une vision sombre mais fascinante que l'artiste présente de ce bout de monde.

Aujourd'hui. Quand Gérard Gwezenneg installe ses oeuvres à la ferme manoir du Tourp, c'est pour rendre un hommage à la Hague.


Dès l'entrée, les visiteurs sont accueillis par le grand bouc, gardien de la Hague, derrière lui le reliquaire « Des pompes et funèbre » est dressé.


Après avoir gravi l'escalier, le visiteur est transporté dans cette coque de bateau renversée ou est-ce le ventre de la mythique baleine...


Là, au centre, telle une colonne vertébrale, les oeuvres sont en attente avec en point d'orgue l'Hommage à François le Terre-Neuvas.


De l'une à l'autre, on découvre le monde fascinant de Gwezenneg, cet amoureux de la presqu'île de la Hague, ce glaneur d'épave réinvente un univers qui va de la mort à la vie en un éternel recommencement.


Cet univers, Gwezenneg le crée de bois, d'os, de papier et le réécrit à l'encre de chine. Le visiteur pressé ne verra qu'un univers étrange, voire même inquiétant, s'il se fait regardeur, il découvrira au hasard des oeuvres un monde fascinant, véritable hommage de l'artiste à ce bout du monde battu par les vents et la mer.


Pratique. Des épaves d'Hague, en secrétions du 7 juillet au 11 novembre 2007, ferme manoir du Tourp à Omonville-la-Rogue, tous les jours de 14 h à 19 h, entrée libre, tél. 02 33 01 85 89.


( Source Ouest-France Actualité Cherbourg lundi 09 juillet 2007)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article